Archives de catégorie : Prière

Ouvrir une fenêtre

180318.jpg

Il y a des jours, Seigneur, où je ne sais plus rien.
Je ne sais plus ce que je suis, qui je suis.
Je ne sais plus pourquoi je suis là et où je vais.

Oh! Ce n’est rien, Seigneur, presque rien,
juste un peu de lassitude,
comme un ciel de nuit dans le midi de ma vie.

Alors, j’ai envie d’ouvrir une fenêtre,
une fenêtre sur l’ailleurs,
sur l’ailleurs de moi,
sur l’ailleurs de mon quotidien.
Apprends-moi, Seigneur,
à ouvrir le sens de ma vie, comme une route.
Pas une route facile, je le sais.
Il y aura toujours, malgré moi, de temps en temps,
la soif, la fatigue et la faim.
Mais, je sais aussi, qu’il y aura toujours au fond de moi,
cette force qui me fait tenir debout,
car, j’en suis sûr, le soir venu, tu seras là, à l’étape.
Alors, peut-être qu’autour d’une table,
en rompant le pain avec d’autres,
je trouverai un sens à ma vie.

Robert Riber

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

Laisse-moi prononcer ton nom, Jésus,

 

180308.jpg

Laisse-moi prononcer ton nom, Jésus,
dans la douceur du soir, dans l’espérance du matin,
dans l’éclat du jour et dans l’angoisse de la nuit…

Laisse-moi prononcer ton nom
à chaque instant de ma vie…
Laisse-moi le crier comme un appel,
le murmurer comme un mot d’amour…

Laisse-moi le prononcer
dans les bruits de la ville
et le silence des campagnes oubliées…
Dans le travail de mes frères,
dans les cris de prisons
et dans la douleur des hôpitaux…

Laisse-moi prononcer ton nom, Jésus,
sur la terre fertile et féconde
et au cœur de déserts…

Laisse-moi le murmurer
au cœur de ceux que j’aime
et de ceux que je n’aime pas…

Laisse-moi enfin murmurer ton nom
au jour de ma mort,
quand les derniers feux s’éteindront
et que j’entrerai dans la Lumière…

Qu’il monte à mes lèvres, ton nom, Jésus : « Dieu sauve ».

auteur inconnu

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

Prions pour la Paix

180308.jpg

Qu’il est difficile de croire
que la paix est entre mes mains !
Et pas seulement entre les mains
des stratèges et des super-grands.

Chaque jour, par ma façon de vivre avec les autres
plus que par un défilé ou un manifeste,
je choisis pour ou contre la paix.

Seigneur, donne-moi la lumière
pour découvrir les vraies racines de la paix,
celles qui plongent jusqu’au cœur de l’Homme
réconcilié avec Dieu !

Cardinal Roger Etchegaray

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

On a essayé par la violence, Il a continué avec l’amour

180312.jpg

On a essayé par la violence,
Il a continué avec l’amour.
On a essayé par les crachats,
il a continué dans le silence.
On a essayé par le mensonge,
il a continué dans la transparence.
On a essayé par les coups,
on a essayé par les pièges,
il a continué.
On a essayé par l’envie d’abandonner
qui s’empare de chacun lorsque vient la panique
devant l’inutilité de toute action,
il a continué dans la confiance en la volonté du Père.
On a essayé par le ridicule, il a continué dans la dignité,
avec le manteau rouge sur l’épaule, comme les fous.
On a essayé par les clous, il a continué avec le pardon.
On a essayé par la solitude de l’extrême angoisse des condamnés,
il a continué en se remettant entre les mains du Père.
Alors, on a essayé par la mort,
car la mort, c’est connu, est la solution finale;
personne ne peut aller au-delà, car la mort, c’est connu,
est l’ultime puissance, l’obstacle dernier sur lequel chacun trébuche,
même le plus grand, même le plus saint,
même le Fils, fût-il le Bien-Aimé de Dieu.
Mais il a continué !
Animé par l’Amour du Père,
il est entré dans la mort
comme on entre dans un obstacle qui verrouille le passage !
Il a été brisé, éclaté, son corps et son esprit ont été déchirés.
Mais il a continué et il est passé : le Père l’a maintenu debout !
C’est fait à jamais, la mort est définitivement entamée
et l’entaille ira s’agrandissant,
car désormais la mort a perdu son pouvoir.
Pour l’éternité, le passage est dégagé :
c’est Pâques pour toujours.
Ainsi soit-il. 

Père Charles Singer

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

rameaux.jpg

 

Saint Joseph, ami de Dieu, guide-nous jusqu’à Lui

180312.jpg

« Il le fallait que la Vierge Marie fût fiancée,
pour n’être point bannie ;
il le fallait qu’il y eût un chaînon
entre David et le Seigneur des mondes,
et que Joseph à ce projet réponde :
ami de Dieu, qui Lui prête son nom.

Il le fallait qu’il passât tous les doutes,
qu’il eût du ciel l’obéissante écoute,
pour ne pas fuir ni rompre son contrat ;
il le fallait qu’il n’eût plus réticence
à ce qu’on croie Jésus sa descendance :
ami de Dieu, qui Lui donne ses bras.

Il le fallait que son ferme courage
sauvât l’Enfant d’Hérode et de sa rage
jusqu’en Egypte, en ces jours assombris ;
qu’à Nazareth, sa ville qui ne brille,
il fît le toit de la sainte Famille :
ami de Dieu, son roc et son abri.

Grand Saint Joseph,
ton destin nous fascine :
Toi qui connus l’humilité divine
et son respect de l’humble et du petit,
le Tout-Puissant, qui de ses Mains travaille,
apprit de toi clous, rabots et tenailles :
ami de Dieu qui fut ton apprenti.

Quand tu mourus, passant du Fils au Père,
ton grand secret s’éclaira de mystère.
Depuis le ciel, c’est nous que tu instruis :
fais-nous sentir l’orgueil comme la peste,
fais de nos cœurs des ateliers modestes,
ami de Dieu, guide-nous jusqu’à Lui.
Amen. »

Guy Jampierre (poète)

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

L’attention

180312.jpg

Attention chien méchant.
Attention travaux.
Attention chute de pierres.
Attention route glissante.
Partout, des appels à l’attention.

Mais où sont les appels à l’attention
que nous devons aux autres :
les appels à la délicatesse,
les appels au respect,
les appels au partage ?

Je suis distrait, Seigneur.
Comment pourrais-je les entendre, ces appels,
quand je suis préoccupé par ma santé,
enfermé dans mes rêves,
épuisé par mon travail,
fasciné par la télévision…
Pardon, Seigneur.

Et tes appels, Seigneur, les tiens,
les petits signes que Tu m’adresses
à travers les gens proches ou lointains,
les grands signes que Tu m’adresses,
à travers l’exemple des saints,
à travers les messages de ton Evangile,
à travers les invitations à la prière,
tous ces appels ne rencontrent souvent
que mon indifférence…
Pardon, Seigneur.

Apprends-moi, je t’en prie,
à être attentif
à toutes les attentes,
à toutes les souffrances,
à toutes les espérances.

Apprends-moi aussi
à déceler tout ce qui est bien
derrière ce qui est mal,
tout ce qui se cherche
derrière tout ce qui semble acquis,
tout ce qui est neuf
derrière tout ce qui est vieux,
tout ce qui bourgeonne
derrière tout ce qui se fane,
tout ce qui vit
derrière tout ce qui meurt.

Montre-moi, Seigneur,
l’enfant sous le vieillard,
la plage sous les pavés,
le soleil sous les nuages,
et toutes les soifs cachées :
la soif de pureté,
la soif de vérité,
la soif d’amour,
la soif de Toi, Seigneur.

Affine mon regard,
réveille ma capacité d’amour,
ouvre grand mon cœur,
aiguise mon attention,
développe mes attentions,
tourne-moi vers les autres,
tourne-moi vers Toi, Seigneur.
AMEN
( Auteur inconnu )

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

Fais de nous Seigneur des Hommes de réconciliation

180310.jpg

Délivre-nous, Seigneur,
de tout ce qui nous encombre,
de nos convoitises et de nos complaisances,
de nos vanités et de nos richesses.
Délivre-nous de la crasse du cœur,
de l’envie, de l’ambition, de l’hypocrisie.
Délivre-nous de la rancune et des arrière-pensées,
de tout esprit de calcul et de concurrence.
Délivre-nous de la colère et de l’agressivité,
de l’orgueil et de la vanité.
Délivre-nous des tentations de la violence.
Délivre-nous des tortures et des assassinats.

Apprends-nous, Seigneur, à aimer les autres, tous les autres.
Apprends-nous à convaincre plutôt qu’à vaincre.
Apprends-nous le silence et la patience.
Apprends-nous la force des moyens pauvres.
Apprends-nous à désarmer,
car nous savons, Seigneur, grâce à toi,
qu’on ne triomphe jamais que par l’Amour.

Remplis nos cœurs, Seigneur,
non pas d’attendrissement mais de tendresse.
Remplis-nous de compassion pour les autres,
à commencer par les plus proches.
Apprends-nous à partager la souffrance des affligés
et à porter leur fardeau.
Rends-nous attentifs, Seigneur, à ceux qui pleurent
car c’est par leurs yeux que tu pleures.

Fais de nous, Seigneur, des Hommes de la réconciliation.

Auteur(e) inconnu(e)

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

« Que mon jeûne Te plaise Seigneur ! »

Dans la joie de reprendre notre publication…
Merci pour votre soutien !

180223.jpg

Seigneur je m’offre à Toi ces 40 jours, pour que Tu puisses continuer Ta création en moi. Que ce soit un temps de recréation de mon être, à Ton image, toujours imparfait mais en route. Que ma disponibilité permette Ton action en moi, pour que je puisse de plus en plus ressembler à Ton image.

Crée en moi un cœur pur. Crée en moi ce qu’il peut y avoir de plus beau. Donne à ce que j’ai de plus intime d’être le reflet de Ta beauté, de Ta bonté, de Ton amour, de Ton pardon.

Il ne s’agit pas de peiner à rendre service, mais que ma disponibilité et mon sourire à l’autre, deviennent ma nature d’être. Il ne s’agit pas de porter le fardeau de la renonciation au bien, mais que le partage me mette en communion avec ceux qui souffrent. Il ne s’agit pas de souffrir dans la privation, mais que je sois dans la joie de me sentir libre face aux sollicitations.

Que ce ne soit pas un moment passager pour une bonne conscience, mais un temps durable de vérité avec Toi, les autres et moi-même. Que je ne cherche pas d’abord une efficacité qui serait bien illusoire, mais que mon don, quel qu’il soit, soit gratuit et sans contrepartie. Que mon attitude quotidienne soit en harmonie avec ce que Tu m’as donné d’être, en harmonie avec la nature pour le bien commun.

Que mes combats ne soient pas une défense de mes petits intérêts mesquins, mais qu’ils participent à une juste cause pour que Ta Pâque se réalise.

Ainsi soit-il.

Abbé Franz Lichtlé

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

caraime2018.jpg

Les capitaux que Dieu préfère

180126.jpg

Il y a les capitaux financiers, le capital intellectuel,
Les capitaux industriels, le capital culturel…
Mais y a-t-il un capital de cœur ?
Est-il vrai Seigneur que ce dernier pèse plus lourd
Dans la banque de ton Royaume ?

Il y a les surdoués en affaires,
Les surdoués en électronique et en mathématique,
Les surdoués en sports…
Est-il vrai Seigneur que tu préfères, surtout,
Les surdoués du cœur ?

Est-il vrai Seigneur, qu’à tout homme,
Diplômé des grandes écoles ou balayeur du métro,
Blanc ou noir, pratiquant une religion ou pas,
Malade ou bien-portant, jeune ou vieux,
Superstar ou inconnu, citadin ou paysan,
Tu ne poseras qu’une seule question, au soir de sa vie :
Qu’as-tu fait de ton capital d’amour,
De cette capacité d’aimer,
De cette étincelle de ma propre vie,
Que je t’avais confiée pour la faire fructifier ?

Pourquoi as-tu enfoui cet amour qui devait permettre à tes frères
Affamés d’amour, assoiffés de justice, paumés, prisonniers,
Étrangers, d’exister, de grandir, d’espérer ?

Seigneur, aide-nous à ne pas enterrer ce trésor,
À faire fructifier notre capital d’amour,
Le seul à ne jamais se dévaluer sur terre et dans ton éternité.

Michel HUBAUT – Prier les Paraboles

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

 

Seigneur, pourquoi ?

171126.jpg

« Seigneur, pourquoi m’avez vous dit d’aimer tous mes frères, les hommes ? J’ai essayé, mais vers vous, je reviens, effrayé…

Seigneur, j’étais si tranquille chez moi, je m’étais organisé, je m’étais installé. Seul, j’étais d’accord avec moi même, à l’abri du vent, de la pluie …

Mais vous m’avez forcé à entrouvrir la porte. Comme une rafale de pluie en pleine face, le cri des hommes m’a réveillé.

Alors, j’ai laissé une porte entrouverte, imprudent que j’étais.

Dehors, les hommes me guettaient. Ils étaient nombreux. Ils m’ont envahi sans crier gare, il a fallu faire de la place chez moi.

Seigneur, ils me font mal, ils sont envahissants, je ne peux plus rien faire. Plus ils poussent la porte et plus la porte s’ouvre. Ah Seigneur, il n’y a plus de place pour moi chez moi ! »

«Ne crains rien » dit Dieu, «Tu as tout gagné. Car, tandis que ces hommes entraient chez toi, moi, ton Père, moi, ton Dieu, je me suis glissé parmi eux.»

Michel QUOIST

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►