Archives de catégorie : Non classé

Octobre, le mois du Rosaire

En ce mois d’octobre, nous vous invitons à entrer dans la spirale du Rosaire

rosaire.jpg

Dans la tradition de l’Eglise, le mois d’octobre est plus particulièrement consacré au Rosaire, c’est-à-dire à la prière par Marie.

Le Rosaire est l’arme des combats de Dieu, une arme toute pacifique, reçue par Saint Dominique des mains de Marie. A toutes les époques, il a été l’instrument des cœurs apostoliques.

Par le Rosaire, aujourd’hui, ne pouvons-nous pas espérer vaincre l’immense indifférence d’un monde sans espérance et conduire les âmes au Paradis de Dieu ?


« Le soir, au moment où la nature fatiguée va s’endormir, les cœurs semblent reprendre une nouvelle énergie pour célébrer les louanges de la Reine du Ciel. »
(Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus)

« Le Rosaire, lentement récité et médité en famille, en communauté, personnellement, vous fera entrer peu à peu dans les sentiments du Christ et de sa Mère, en évoquant tous les évènements qui sont la clé de notre salut. »
(Jean-Paul II, homélie, le 6 – 05 -1980)

« Je suis Notre-Dame du Rosaire »
(Fatima,13 octobre 1917)

A chacune de ses six apparitions, notre Mère du Ciel a tenu à répéter sa demande, toujours dans les mêmes termes, avec la même insistance : « Récitez le chapelet tous les jours ! »

C’est dire à quel point cette belle prière, tellement traditionnelle dans l’Eglise, plaît souverainement à son Cœur de Mère.

La Vierge de Fatima vient nous révéler que le chapelet, loin d’être une dévotion tout à fait secondaire et facultative, est la condition la plus ordinaire pour obtenir infailliblement toutes les grâces que nous lui demandons.

Oui, elle est la Médiatrice de toutes grâces, de par le bon plaisir de son Fils.

Mais ce torrent de faveurs qu’elle retient dans son Cœur, elle ne veut le dépenser sur chacune de nos âmes, de nos familles, de nos patries et sur le monde, qu’en réponse à l’imploration humble et suppliante de nos innombrables chapelets.

Si, de même qu’à Lourdes, elle voulut apparaître à la Cova da Iria tenant à la main cet instrument béni, guide notre prière, c’était pour nous montrer qu’il était le plus sûr moyen, parce que le plus facile, le plus humble, pour gagner son Cœur et obtenir ses grâces.

Tel est bien l’esprit du message de Fatima qui, sur ce point, ne fait que reprendre et développer celui de Lourdes, mais avec plus de vigueur encore.

(Frère Michel de la Sainte Trinité. Toute la vérité sur Fatima. Tome 1)