Archives de catégorie : Général

Mes talents

180308.jpg

Dieu s’attend à ce que vous Lui donniez le meilleur de vous-même. Il tient à ce que vous mettiez à profit les talents qu’Il vous a donnés, au lieu de vous plaindre de ne pas avoir ceux qui vous tentent le plus ou d’envier ceux des autres. Lorsque vous cherchez à faire ce qu’Il ne vous a pas demandé, vous tentez l’impossible, comme faire entrer un éléphant par la porte d’une étable. Non seulement vous perdrez du temps précieux à tirer et à pousser en vain le pauvre animal, mais vous gaspillerez aussi les talents certains qu’Il vous a donnés pour accomplir d’autres tâches !

Établissez une liste des choses que vous savez bien faire et de celles dont vous vous sentez incapable. “Par la grâce de Dieu je vous conjure d’avoir une saine opinion de vous-même et de vos aptitudes…” (Rm 12. 3 LM). Recherchez l’aide de vos proches.

Dites-leur que seule la vérité vous intéresse, pas les flatteries vaines. Demandez-vous dans quel domaine de votre vie vous avez vu des fruits tangibles, attestés par l’opinion d’autrui.

John Maxwell a dit un jour : “Si vous pensez que Dieu vous a appelé à être un leader, jetez un coup d’oeil par-dessus votre épaule et comptez ceux qui vous suivent. S’il n’y a personne, vous êtes juste parti faire une petite promenade solitaire !” Mais faites attention, car votre liste de talents ne tient pas compte du fait que vous êtes absolument unique. Dans la Bible on trouve très peu de définitions précises des dons spirituels. En fait, plus votre maturité spirituelle s’accroîtra, plus vous manifesterez la présence de plusieurs dons bien distincts.

Vous en viendrez à servir ou à enseigner ou à donner avec générosité en raison de votre maturité spirituelle plutôt que d’un don spirituel particulier.

La meilleure tactique est de faire des essais ! Ne perdez pas de temps à essayer de découvrir quel don spirituel vous croyez avoir reçu : agissez en fonction de ce que vous avez déjà en vous. Votre engagement révélera vos talents ! Vous ne les découvrirez jamais si vous ne faites rien !

Bruno Leroy
Écrivain et Éducateur de rue

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

EXHORTATION APOSTOLIQUE « GAUDETE ET EXSULTATE » DU SAINT-PÈRE FRANÇOIS
SUR L’APPEL À LA SAINTETÉ DANS LE MONDE ACTUEL 

(texte complet)

1. « Soyez dans la joie et l’allégresse » (Mt 5, 12), dit Jésus à ceux qui sont persécutés ou humiliés à cause de lui. Le Seigneur demande tout ; et ce qu’il offre est la vraie vie, le bonheur pour lequel nous avons été créés. Il veut que nous soyons saints et il n’attend pas de nous que nous nous contentions d’une existence médiocre, édulcorée, sans consistance. En réalité, dès les premières pages de la Bible, il y a, sous diverses formes, l’appel à la sainteté. Voici comment le Seigneur le proposait à Abraham : « Marche en ma présence et sois parfait » (Gn 17, 1).

2. Il ne faut pas s’attendre, ici, à un traité sur la sainteté, avec de nombreuses définitions et distinctions qui pourraient enrichir cet important thème, ou avec des analyses qu’on pourrait faire concernant les moyens de sanctification. Mon humble objectif, c’est de faire résonner une fois de plus l’appel à la sainteté, en essayant de l’insérer dans le contexte actuel, avec ses risques, ses défis et ses opportunités. En effet, le Seigneur a élu chacun d’entre nous pour que nous soyons « saints et immaculés en sa présence, dans l’amour » (Ep 1, 4).

La vie !

180308.jpg

La vie, c’est bouger, courir et chanter,
C’est croire à la vie et regarder l’avenir avec des yeux rieurs
C’est se sentir bourgeon prêt à devenir fleur,
C’est faire le pas et oser grandir parce que le soleil est là,
C’est croire que le printemps va venir et se fier à la chaleur
Qu’on découvre dans son cœur et qui s’appelle amour.
 
La vie, c’est se sentir entouré et donner
La main à quiconque passe sur le chemin,
C’est se confier et recevoir la confidence.
 
La vie, c’est regarder tout cela après l’avoir rassemblé
Pour en faire un bouquet et y découvrir caché, Jésus ressuscité.
Il est la vie et il est là où il y a source de vie.
 
 
G. BALTHAZARD.     
 
Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

Le chemin de la Miséricorde

14.jpg

Miséricorde… Voilà bien un de ces mots qu’on n’ose presque plus utiliser tant il nous semble vieillot, plein de poussière…

Et si justement derrière son aspect dépassé, il nous invitait à nous dépasser.

M   comme mise en route. C’est une invitation à aller, à risquer l’aventure d’une vie d’attention et de partage. C’est oser le premier pas vers l’autre. « Viens, suis-moi », nous dit Jésus.

I    comme invitation. C’est un chemin qui nous est proposé. À nous d’y répondre librement, à notre manière, avec tout ce que nous sommes.

S   comme solidarité. C’est un chemin commun, que l’on ne peut accomplir qu’ensemble, en réglant son pas au pas de son frère, de sa sœur. C’est la volonté de se faire proche à l’image du Samaritain de l’évangile.

É   comme essentiel. Il n’est pas d’autre chemin qui nous rende toujours plus humain et donc toujours plus proche de Dieu. C’est un chemin qui donne sens.

R   comme rencontre. C’est dans la rencontre vécue en vérité que se découvrent richesses et pauvretés de ce que sont nos vies.

I    comme initiative. C’est un chemin à inventer, jamais balisé comme une autoroute sécurisante mais serpentant comme un chemin de traverse qui offre de nouveaux paysages à chaque tournant.

C   comme cœur. Avec le cœur comme GPS, l’itinéraire se construit pas à pas. Chacun puisant dans le meilleur de lui-même la direction à suivre.

O  comme ouvrir. Le chemin de la miséricorde nous invite à nous laisser toucher, à être attentifs, à ouvrir les yeux sur la réalité de notre monde, de ce que vivent nos frères, de ce que nous-mêmes, nous vivons.

R   comme rêve d’un monde plus fraternel, plus juste, plus humain. Un monde où chacune et chacun peut trouver sa place parce que tous sont présents aux attentes de chacun.

D  comme disponibilité. Un chemin d’ouverture à l’inattendu, à l’inespéré. Avancer avec la certitude que chaque instant peut me surprendre pourvu que j’y sois attentif.

E   comme énergie. Parce qu’il en faut de l’énergie pour parcourir un tel chemin.

De bonnes intentions de départ ne suffisent pas, il faut tenir, persévérer, et avancer encore. 

Rudy Hainaux, SDB
www.saint-françois-de-sales.be

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

Allo la Paix? …Ici la Terre !

180306.jpg

Allo la Paix? …Ici la Terre !

Nous avons quelques petits problèmes de réceptions
avec les satellites de la compréhension.
Des astéroïdes de l’ignorance et de la haine
nous bombardent sans arrêt
ainsi que des comètes d’extrémismes ou de fondamentalisme.

Avez-vous en stock des bombes de la bienveillance
ainsi que des napalms de pardon?
Nous désirerions aussi des gaz à effet de rire
pour les mornes visages des villes.
Nous avons quelques soucis de câblages
entre des transformateurs dont l’humour, la joie et l’espérance.

Le problème, c’est que nous sommes face
à des tsunamis d’hyperconsommation, de lobbysation.
Il nous faudrait consolider nos fondations
basés sur des roches de solidarité et de fraternité.

Il nous faudrait aussi des lignes de respect,
d’écoute à haute tension.
D’après-vous, faut-il les enterrer?

Allo? Allo?
Oui, nos téléphones sont brouillés
par la peur de la différence.
Des mauvaises ondes peuvent malheureusement nous perturber
mais nous avons les moyens d’y faire face.

Nous restons en contact.
A vous l’antenne…

Un texte proposé par « le souffleur de mots »(FB)

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

La gentillesse

180312.jpg

« C’est un don de douceur et d’attention fait à autrui. Je suis toujours épaté du regard condescendant ou méfiant qu’on porte parfois sur la gentillesse. On la soupçonne volontiers d’être l’expression d’un manque : si on est gentil, c’est qu’on ne peut pas faire autrement, c’est parce qu’on est faible; si on était fort et puissant, plus besoin d’être gentil.

 
Ou bien on s’imagine qu’elle cache quelque chose : la personne gentille attend forcément quelque chose en retour. Mais la gentillesse peut-être simplement un don, sans conditions et sans attentes !
 
On donne, et puis on verra bien; et on continue, même si on ne voit rien. Alors, on n’est pas gentil pour obtenir quelque chose, on est gentil parce que ça fait du bien, aux autres et à soi, et que ça rend le monde plus agréable et plus vivable. »
 
Christophe André
(source : et n’oublie pas d’être heureux)
 
Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

Cette chose…

 180308.jpg

 

« Parle-moi de cette chose qui rend l’instant pareil à l’éternité et qui, déjà, s’est enfui quand on veut la contempler…

– Ah ! De cette chose, il y a tant et tant à dire, et à contredire !

Cette chose éternellement fragile, infiniment sensible, qui fait tout à la fois notre crainte et notre bonheur.

Cette chose qui échappe à notre volonté et fuit lorsqu’on cherche à l’expliquer.

Cette chose qui nous attend là où on ne l’attend pas, qui nous lie et nous libère, qui donne du poids à notre existence tout en nous rendant pus aérien.

Cette chose qui nous dépasse et qui nous donne l’occasion de nous dépasser.

Cette chose extraordinairement douce et violente à la fois, qui a le pouvoir d’enfanter comme celui de détruire.

Cette chose qui est la clé de nos portes fermées, la fenêtre qui donne sur un coin d’éternité.

Cette chose sans laquelle la vie ne serait pas la vie.

Cette chose si imparfaite et si belle cependant.

Cette chose sur laquelle on se trompe tant et tant, en dramatisant certains instants, et en prenant avec légèreté d’autres, sensibles, graves ou suppliants.

Cette chose pure que la vie meurtrit par la simple usure du temps, par le simple passage des jours qui laissent des traces d’habitude et de solitude.

Cette chose si attachante pourtant, à laquelle quoi qu’il advienne il n’est pas possible de vivre sans continuer d’y croire encore et encore.

Cette chose parfaitement invisible et si magnifiquement présente.

Oui cette chose qui rime avec toujours et qu’on appelle l’amour…

François Garagnon
Extrait du livre  « Bel Amour et Sainte Espérance »

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

La différence

180312.jpg

Pour chacun une bouche deux yeux
deux mains deux jambes
Rien ne ressemble plus à un homme
qu’un autre homme.

Alors
entre la bouche qui blesse
et la bouche qui console
entre les yeux qui condamnent
et les yeux qui éclairent
entre les mains qui donnent
et les mains qui dépouillent
entre le pas sans trace
et les pas qui nous guident
où est la différence
la mystérieuse différence ?

Jean-Pierre Siméon

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

Rien à attendre de personne

180312.jpg

Sur le plan économique, industriel et financier,
les pauvres n’ont plus rien à attendre de personne.
C’est la raison pour laquelle
il est absolument nécessaire
de faire naître l’espérance.
La compassion, la beauté, la bienveillance
sont autant de mots féminins, comme la Sagesse,
qu’il faut mettre maternellement au monde en nous.

Et si nous nous greffions sur l’espérance,
sur une attente à inventer, à nourrir, à laisser grandir,
à abreuver de toutes les tendresses
que la bienveillance nous inspire…
Si notre vie intérieure était plus grande,
le monde déborderait d’amour.

Mais ce changement ne peut commencer
qu’avec soi-même, et en « soi-m’aime ».
Si l’on pouvait vivre avec soi et s’étonner d’exister,
s’émerveiller d’être, et accepter l’inattendu…

Père André Marie

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

Donne-moi tes yeux

180308.jpg

Seigneur, tu as ouvert les yeux
de l’aveugle de Jéricho.
Viens accomplir une autre merveille,
celle d’ouvrir mes yeux.
J’ai besoin de regarder,
comme tu sais si bien regarder.

Seigneur, donne-moi ta lumière.
Fais-moi voir les autres
avec des yeux tout neufs,
avec tes yeux.
Avec des yeux humbles,
des yeux qui pardonnent.
Des yeux pleins de tendresse,
des yeux qui respectent,
des yeux qui aiment.

Seigneur, donne-moi ta lumière
A moi qui te connais,
mais qui ne sais pas te reconnaître
dans les personnes que je rencontre,
dans le pauvre, l’handicapé,
le découragé, le SDF.

Comme c’est difficile de te reconnaître
dans les événements de chaque jour,
dans les épreuves, dans le succès,
dans l’échec, dans les joies, dans les peines;
dans mes frères et sœurs.

Seigneur, donne-moi ta lumière
Donne- moi tes yeux,
Et mets ta paix et ta joie dans mon cœur.

Évariste Leblanc

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

Matin de Pâques où Dieu s’est levé

Alléluia, Jésus est vivant !

Nos yeux n’ont plus rien à chercher. Sa présence est parole discrète, pudique, patiente.  Oui, vraiment le cœur se presse vers ce dimanche de printemps « pour le monde. Il nous précède en Galilée , là, en ce pays intime de chaque histoire où le métissage du bonheur et du malheur, du juste et du plus obscur, annonce que Dieu s’est faufilé pour relever nos pierres et sécher nos larmes… Car là est l’avenir neuf que le tombeau n’a pu garder… Le Christ est vraiment ressuscité !
( fiche éveil à la Foi – Diocèse Grenoble)

Joyeuses fêtes de Pâques !

180311.jpg

« Matin de Pâques, où Dieu s’est levé
pour rouler les pierres qui retiennent ceux qui ont faim de Vivre;
pour ouvrir les portes qui enferment ceux qui ont soif de justice;
pour rendre l’espoir à tous les humains
et tracer devant eux le chemin qui mène à la vie.

Matin de Pâques, où Dieu relève l’homme
des ténèbres qui écrasent les élans de l’espoir,
des maladies qui ébranlent l’envie de vivre,
de la peur de l’autre qui attise la haine,
du regard qui brise la confiance et la dignité,
des idées arrêtées qui divisent familles et nations.

Matin où Dieu relève l’homme
et lui permet de regarder son avenir en face.

Matin de Pâques, où je me lève
pour me dresser contre ce qui opprime et proclamer la liberté;
pour m’élever contre le désespoir et partager l’espérance;
pour protester contre le non-sens
et communiquer l’Amour qui relève et donne la vie;
pour annoncer la joie d’être ressuscité
et le bonheur de vivre debout ».

Ainsi soit-il.

Père Charles Singer 

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►