Archives de catégorie : Carême

Quand tout va mal

1703301.jpg

Souvent,
tout semble s’effondrer,
la charge devient
trop lourde à porter,
la bête humaine
refuse d’avancer.

Dans ces moments-là,
une énergie inespérée,
une idée qui s’impose,
une force accordée,
un prêtre offrant gîte,
couvert et soutien,
un ami rencontré,
à cet instant précis,
panse ma plaie
et rend à nouveau
la vie supportable…

 

Est-ce là le pur hasard ?
Je ne le crois pas.
Je ne suis pas croyant
au sens habituel du terme,
mais je sens
l’empreinte d’un Autre.

Michel, SDF

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

« Apprends-moi Seigneur à Te donner Ta place »

1703302.jpg

« L’encombrement des soucis est tel
qu’il n’y a plus de place pour la respiration :
celle de l’esprit et du cœur.
Il y a tant de choses qui se bousculent dans ma tête,
qu’il y a des jours où je ne sais plus.
Je ne sais plus donner aux gens et aux choses,
leur place, leur vraie place.
Apprends-moi Seigneur à Te donner Ta place.
Alors, peut-être que je saurai qui je suis,
où je suis et où je vais.
Donne-moi, Seigneur, la Sagesse.
Ainsi soit-il. »

Robert Riber

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

Aux carrefours de ta vie

1703230.jpg

Il passe aux carrefours de ta vie
Sur les sentiers des jours et sur les sentiers des heures
Où chacun de tes pas te conduit vers un Ailleurs,
Quand la nuit succède au jour et le jour à la nuit,
Quand le temps qui passe ouvre le temps qui suit,
Sur les sentiers de ta vie,
Ne l’as-tu jamais entendu marcher près de toi ?
Te frapper sur l’épaule ou te frôler le cœur ?
Alors, peut-être fais-tu trop de bruit en marchant !
Car il n’est pas loin de toi, le Vivant…
Sa présence discrète te fait signe,
Aux carrefours de chacune des saisons,
Aux carrefours de tes choix et de tes décisions,
Aux carrefours de tes joies et de tes souffrances,
Aux carrefours de tes échecs et de tes nouveaux départs.

Ne l’as-tu jamais croisé, ce compagnon
Qui te fait signe, dans la nuit du doute et l’attente du matin ?

Ne l’as-tu jamais entrevu, ce Vivant
Qui fait de chaque carrefour de ta vie un sacrement,
Une rencontre de ta liberté et de son amour ?

Ne l’as-tu jamais entrevu, ce Dieu qui fait de ton chemin d’homme
Un passage, une Pâque vers son Éternité ?

Michel Hubaut

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

Dans le silence de la prière

1703235.jpg


Le silence est là, dans l’instant présent.

Dans le jardin de l’abbaye, tu es là assis sur la pierre.
Des écureuils cherchent des graines dans les herbes,
Des insectes se posent sur la page blanche du livre.
Le silence est là, dans le chant des oiseaux,
Dans le bruit de l’eau qui s’écoule sous le pont.

La prière est un chant du coeur dans le silence de la pensée
Quand la nature chante l’hymne du soir et que tout s’apaise.

La prière c’est le regard qui change,
qui s’ouvre au monde.

C’est le regard qui change sur l’autre.
C’est le sourire échangé avec cette dame
qui descend lentement l’escalier du monastère,

C’est le visage beau et triste du jeune homme
qui marche dans les allées du parc,
perdu dans les ténèbres de ses pensées,

C’est la joie de vivre des jeunes lycéens
dans le silence des repas.

La prière, ce n’est pas une conversation imaginaire avec Dieu.
La prière, c’est savoir se détendre, c’est s’ouvrir au monde,
C’est mettre en doute nos certitudes, nos vérités, nos évidences.
C’est se laisser défaire, se laisser transformer par le souffle de l’Esprit.

Dans l’église de l’abbaye, tu es là assis sur le banc.
Les moines chantent leur confiance dans l’amour de Dieu.
Dans la plénitude des chants et des psaumes, le silence est là.
Et dans le calme de la pensée, Dieu parle à ton coeur.

Alors dans le silence, la prière nous ouvre à l’autre,
Et la prière devient relation d’Amour.
La prière nous ouvre à la gratuité du don de Dieu,
Et dans le silence de la pensée, la prière devient force de Vie.

Dans le silence de la prière, tu tends la main à l’autre
Alors vous pouvez marcher, ensemble,
Avec confiance, dans la tendresse de Dieu.

Dans le silence de la prière … partagée.

auteur inconnu

Prière composée à l’abbaye de Citeaux – juin 2011
Certaines des idées sur la prière sont empruntées au livre de Joseph Moingt
–  »Croire quand même » – Ed. Temps présent – 2010

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

Casse sa croûte

170328.jpg

Ta Parole est comme du pain.
Casse sa croûte, pour que nous puissions goûter sa mie.

Donne-nous de la mâcher, afin que nous puissions la digérer.

Donne-nous de la savourer, afin que nous ayons envie d’y revenir.

Donne-nous d’accompagner avec elle les moments si divers de nos vies,
comme le pain accompagne les plats si variés de la table.

Donne-nous de la partager comme le pain se partage
selon le goût et l’appétit de chacun.

Ta Parole est aussi ordinaire et aussi essentielle que le pain.
Elle n’est pas une brioche, réservée aux estomacs délicats,
et elle n’est pas non plus un étouffe-chrétien, imposé aux estomacs rebelles.

Ta parole c’est le vrai pain, descendu du ciel,
pour la nourriture des hommes

Amen

(auteur inconnu)

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

 

Les pauvres sont l’Église

1703231.jpg

« L’Église doit prendre le même chemin que Jésus-Christ.

Elle ne peut être levain dans la pâte, sel de la terre, lumière qui éclaire tout homme venant en ce monde, que si elle fait sienne l’option du Christ pour les pauvres.

Si contrairement à Jésus-Christ, l’Église, à travers nous, nourrissait en elle une certaine volonté de puissance, de domination, de prestige ; si contrairement à Jésus-Christ, l’Église était complice du monde, elle ne pourrait pas être, pour ce monde, inspiratrice de justice, de vérité et d’amour.

Elle doit choisir, dit l’apôtre Paul, ce qu’il y a de fou dans ce monde, car c’est ce que Dieu a choisi pour confondre les sages. Elle doit choisir ce qu’il y a de faible dans le monde car c’est ce que Dieu a choisi pour confondre la force.

Dieu a choisi ce qui dans le monde est « sans naissance », ce que l’on méprise. Dieu n’a jamais cessé de Se réduire, dit aussi Charles de Foucauld ».

L’intelligence du coeur

1703232.jpg

Si une conversation s’envenime,
Si les malentendus se multiplient,
Pour te faire entendre
Ne hausse pas le ton
Mais hausse le niveau de la conversation
N’aligne pas les preuves, fussent-elles irréfutables,
Pour rétablir la Paix, essaie d’atteindre l’intelligence du coeur.
Là peut se faire facilement la rencontre avec le meilleur de l’autre.
Car la Paix est la compassion en toi
Du meilleur qui pardonne au pire de ne pas être un saint.

Faire silence, non pas seulement de mots,
Mais de ces sentiments qui nous empoisonnent
Et nous rendent la vie irrespirable,
Rendre notre quotidien plus paisible
et par contagion ,
Le monde plus bienveillant.

La colombe de la Paix pourra alors
venir faire son nid sur la terre.

André Marie

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

En conscience…

170322.jpg

« Avoir sa conscience pour soi », expression que l’on entend parfois pour justifier son comportement. Et il est vrai que notre conscience est le dernier arbitre de nos actes quand après avoir épuisé tous les avis, il nous reste à décider.

Mais notre conscience est-elle si libre, si autonome, si indépendante ?

Au fond, ne sommes-nous pas ce qu’on nous a faits ? N’avons-nous pas été « moulés » dans tous les regards qui se sont posés sur nous : nos parents, nos maîtres, nos prêtres, nos compagnons d’études ou de travail, nos amis, notre conjoint, nos enfants ou l’inconnu rencontré au hasard du chemin ?

Ce que nous estimons être notre intime conviction, n’est souvent que le fruit inconscient des influences distillées tout au long d’une vie. Notre libre arbitre n’est pas aussi libre qu’on le croirait…

Personne ne s’est jamais construit tout seul. Chacun est un arlequin aux influences multicolores, héritier inconscient et tributaire des mille pierres apportées par tous les regards qui ont traversé sa vie et qui le constituent dans sa personnalité singulière.

A l’inverse, nous sommes responsables du regard constructif ou destructeur que nous portons sur ceux qui nous entourent ; du regard attentif ou indifférent posé sur une détresse que nous croisons… Et même, collectivement, nous portons notre part de responsabilité d’une opinion publique capable de saine révolte ou d’anathèmes religieux ou racistes.

Alors que reste-t-il de personnel et d’intime ? L’usage que chacun a fait des talents que sont les regards multiples qui l’ont construit, le discernement entre vraies routes et fausses pistes, la liberté permanente de rechercher la vraie référence et de choisir son guide.

Esclaves du regard des autres, nous ne sommes plus rien ; mais sans le regard des autres, nous ne sommes rien. Notre personnalité n’est bâtie qu’avec les matériaux qui nous sont portés par tous les regards qui ont émaillé notre parcours mais chacun devrait rester, en définitive, le seul et l’ultime architecte de sa vie. Vision idéale pour une part de l’humanité ; utopie pour beaucoup .

Aussi comme nous devons être humbles et prudents dans les jugements que nous portons !

C’était juste une réflexion en passant…

Jean Gauci

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

Repose-toi s’il le faut, mais n’abandonne surtout pas !

170321.jpg

Lorsque dans la vie rien ne va plus,
que les problèmes tourmentent ton esprit
et que l’argent te cause tant de soucis …
Repose-toi s’il le faut, mais n’abandonne surtout pas.

Lorsque trop d’erreurs ont été commises,
que tout ton univers menace de s’écrouler
et que, fatigué, tu sens la confiance t’abandonner …
Repose-toi s’il le faut, mais n’abandonne surtout pas.

Tu sais, la vie est parfois étrange, avec son lot de surprises et d’imprévus,
et il ne nous est pas donné de savoir à l’avance combien d’étapes nous devrons franchir,
ni combien d’obstacles nous devront surmonter
avant d’atteindre le bonheur et la réussite.

Combien de gens ont malheureusement cessé de lutter
alors qu’il n’aurait peut-être fallu qu’un petit pas de plus
pour transformer un échec en réussite ?
Et, pourtant, un pas à la fois n’est jamais trop difficile.

Tu dois donc avoir le courage et la ténacité nécessaire
pour faire ce petit pas de plus,
en affirmant que la vie est une grande et puissante amie
qui se tient toujours à tes côtés, prête à te porter secours.

Tu verras alors que cette attitude appelleras,
du plus profond de toi-même,
des forces de vie que tu ne soupçonnais même pas
et qui t’aideront à réaliser ce que tu entreprendras.

Mais surtout et avant tout, rappelle-toi bien :
Quand dans ta vie, des moments difficiles viendront …
Repose-toi s’il le faut, mais n’abandonne surtout pas !

Anonyme

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour

 

Le « Notre Père » pour la Justice

170319.jpg

Notre Père qui prend toujours la part des faibles, des impuissants, des pauvres, des abandonnés, des malades, des anciens, des très jeunes, des enfants à naître et de ceux qui portent le poids du jour, victimes des circonstances.

Qui es aux Cieux où tout sera inversé, où les premiers seront derniers et les derniers, premiers, mais où tout sera bon.

Que Ton Nom soit Sanctifié, puissions-nous toujours reconnaitre ta Sainteté, accepter que tes Voies ne soient pas les nôtres et tes Critères différents. En révérant ton Nom nous voulons être tirés de l’égoïsme qui nous empêche de voir la souffrance de notre voisin.

Que Ton Règne vienne, aide-nous à créer un monde où en dépassant nos propres besoins et nos blessures, nous pratiquerons la justice, aimerons tendrement, et marcherons humblement avec Toi, ensemble.

Que Ta Volonté soit faite, ouvre notre liberté que nous Te laissions entrer pour partager tes Sentiments, pour laisser circuler ta Vie en nous, pour aimer sans distinction et comme Toi avec un Amour préférentiel pour les pauvres.

Sur la terre comme au Ciel, que l’œuvre de nos mains, nos temples et nos organisations soient des reflets de ta Gloire afin que la joie, la bienveillance, la tendresse, et ta Justice prédomine au sein de toutes nos structures sur la terre.

Donne nous la vie et l’amour, apprends-nous à tout accueillir comme un don. Aide-nous à reconnaître que nous n’avons aucun droit et que nous devons partager, parce que nous avons reçu. Fais-nous comprendre que de notre générosité envers les plus pauvres dépend notre propre santé.

Nous le vrai nous qui embrasse tous les humains, qui inclut tous ceux et celles qui sont en dehors de notre circuit étroit ; donne à tous également.

Aujourd’hui, pas demain. Ne nous laisse pas reporter notre action à un avenir indéfini, attitude qui nous permet de nous justifier face à l’injustice.

Notre Pain quotidien pour que chaque individu puisse avoir accès à une nourriture suffisante, à l’eau potable, à l’air pur, et ait la possibilité de recevoir des soins médicaux, de bénéficier d’une éducation de qualité pour ainsi bénéficier d’une vie saine. Apprends-nous à partager notre nécessaire et non seulement nos surplus.

Pardonne-nous nos offenses, pardonne notre aveuglement, notre égocentrisme, notre racisme, notre sexisme, et notre tendance incorrigible à nous préoccuper seulement de nous-mêmes et des nôtres. Pardonne-nous de regarder les informations sans jamais prendre action.

Comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés, aide-nous à pardonner à ceux qui nous font des représailles. Aide-nous à calmer nos esprits, à ne pas devenir amers avec l’âge, à pardonner les parents et les systèmes imparfaits qui nous ont blessés, maudits, et ignorés.

Et ne nous soumets pas à la tentation, ne nous juge pas seulement sur notre service auprès des affamés, de ceux qui sont nus, des malades, ou sur nos efforts pour rectifier les systèmes qui sont responsables de la pauvreté, qui créent des victimes. Épargne-nous cette épreuve car personne d’entre nous ne peut tenir devant les exigences évangéliques. Donne-nous plutôt le temps de changer nos façons de faire, de nous convertir de notre égoïsme et de transformer nos organismes.

Mais délivre nous du mal, c’est à dire, de l’aveuglement qui nous empêche de changer et de rompre avec des systèmes anonymes qui nous permettent de ne pas voir qui profite moins ou davantage.

Amen.

Père Ronald Rolheiser
Journée Mondiale de la Justice Sociale – 20/02/2009

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour