Le meilleur en nous

180312.jpg

« Si j’avais eu la conscience suffisamment claire et les mots suffisamment nuancés pour l’exprimer, j’aurais aimé te dire que nous sommes là pour explorer, découvrir et partager ce qu’il y a de meilleur en nous.

Chacun possède un trésor.  Sois conscient et généreux de ton trésor et, en même temps, reste ouvert, attentif à recevoir le trésor des autres, disposé à apprendre et à te remettre en question.

Cherche la beauté, la vérité, l’excellence en accueillant aussi ta fragilité, ta vulnérabilité et ton ombre, de sorte d’être à même d’accueillir celles des autres.

Occupe joyeusement ta place: il y a de la place pour chacun, sinon ni toi ni moi ne serions là.

Pense que ta place que tu n’occupes pas pour ne pas déranger reste vide à jamais et réjouis-toi que chacun occupe pleinement la sienne autour de toi . »

Rabindranath Tagore

Voir la vidéo du jour ►   et   notre soleil du jour ►

Une réflexion au sujet de « Le meilleur en nous »

  1. Myriam de Terwangne

    Merci pour ce beau texte de Tagore .
    En écho , une citation et un texte de François CHENG précèdent une
    vidéo reprenant des passages du livre de Frédéric Lenoir :  » L’ âme du monde  » :
    François Cheng :  » Chacun au devant de soi s’ étend de ce qu’ il ouvre , s’ accroît de ce qu’ il donne . » 
    FRANCOIS CHENG –
    Extrait de FRANCOIS CHENG :
    «Nous sommes transformés, rendus meilleurs par la beauté.
    Dans la vie, il y a des scènes qui exaltent, comme le combat, l’entrechoquement des corps par exemple, mais l’état suprême de la beauté, c’est l’harmonie. Il s’agit de la qualité éthique de la beauté. Cette beauté éthique permet à l’homme de conserver sa dignité, sa générosité et sa noblesse d’âme.
    Ces qualités nous permettent de transcender notre condition humaine, de dépasser la douleur pour atteindre l’harmonie. La beauté nous transfigure, car elle nous sort de l’habitude, nous permet de revoir les choses qui nous entourent comme au matin du monde, comme pour la première fois.
    En sortant dans la rue, vous voyez cet arbre en fleur, et l’univers vous apparaît comme au matin du monde. Comme Prévert qui, dans un poème (Voyages, in Histoires, Gallimard, Folio, 1972), raconte qu’il voit sa femme de loin dans un bus, sans d’abord la reconnaître, comme s’il la voyait pour la première fois.
    Seule la beauté est capable de nous donner cet étonnement, cet émerveillement de la première fois. »
    – FRANCOIS CHENG –
    L’ ÂME DU MONDE :
    Belle vidéo , inspirée du livre de Frédéric Lenoir , l’ âme du monde

    Excellente journée !