26 avril

L’écoute du monde intérieur nous ferait parvenir à cette simplicité sans limites de pouvoir rêver grand dans les petites heures du temps ordinaire avec la faiblesse de croire que dans le plus dénué il resterait encore cette part de ciel et d’amour qui qualifie la vie.  Gilles Baudry, Le bruissement des arbres dans les pages (Rougerie, 2013)

Bonne journée !

Une réflexion au sujet de « 26 avril »

  1. Myriam de Terwangne

    Merci !
    En écho , un texte de Saint Grégoire de Nysse et un texte de Sainte Elisabeth de la Trinité précèdent une page d’ oiseaux :
    SAINT GREGOIRE DE NYSSE :
    Beauté intérieure et tressaillement – Saint Grégoire de Nysse
    « Le Royaume de Dieu est au-dedans de vous » (Lc 17,21). (…) celui qui a purifié son cœur de toute créature et de tout attachement déréglé voit l’image de la nature divine dans sa propre beauté… 
    Il y a en toi, dans une certaine mesure, une aptitude à voir Dieu. Celui qui t’a formé a déposé en ton être une immense force. Dieu, en te créant, a enfermé en toi l’ombre de sa propre bonté, comme on imprime le dessin d’un cachet dans la cire. Mais le péché a dissimulé cette empreinte de Dieu ; elle est cachée sous des souillures.
    Si par un effort de vie parfaite, tu purifies les souillures attachées à ton cœur, la beauté divine brillera de nouveau en toi. Comme un morceau de fer débarrassé de sa rouille brille au soleil, de même l’homme intérieur, que le Seigneur appelle « cœur », retrouvera la ressemblance de son modèle lorsqu’il aura enlevé les taches de rouille qui détérioraient sa beauté. »(1)
    Alors tu pourras tressaillir d’allégresse car en toi, Dieu a déposé ce qu’il veut faire fructifier : l’amour. Semence fragile mais éternelle.
    (1) Saint Grégoire de Nysse, Homélie 6 sur les Béatitudes ; PG 44,1269 (trad. cf bréviaire) 
    SAINTE ELISABETH DE LA TRINITE
    La danse trinitaire – Élisabeth de la Trinité
    « Ô mon Dieu, Trinité que j’adore, aidez-moi à m’oublier entièrement pour m’établir en vous, immobile et paisible comme si déjà mon âme était dans l’éternité ; que rien ne puisse troubler ma paix ni me faire sortir de vous, ô mon Immuable, mais que chaque minute m’emporte plus loin dans la profondeur de votre mystère !
    Pacifiez mon âme. Faites-en votre ciel, votre demeure aimée et le lieu de votre repos. Que je ne vous y laisse jamais seul, mais que je sois là, tout entière, tout éveillée en ma foi, tout adorante, toute livrée à votre action créatrice. »
    (1) -SAINTE ELISABETH DE LA TRINITE –
    https://www.aube-nature.com/portfolio/best-of-oiseaux
    Excellente journée !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *