Dans le sillage de la Visitation

La Congrégation Salésienne

de la Visitation (Belgique)


Dans la vision qui précéda la fondation de la Visitation Sainte Marie, François vit, au fond dune vallée, un arbre dont les branches s'allongeant, passèrent par-dessus les montagnes. Il sut alors que l'Ordre nouveau rayonnerait par toute la terre.

Un rameau fécond

De fait, aujourd'hui, François est à l'origine d'un arbre immense qui n'a pas fini de croître.

Modeste rameau greffé, la Congrégation Salésienne de la Visitation connaît, en Belgique, une double origine; l'une à Gand en 1669, l'autre à Ellignies-Sainte-Anne en 1697. A Gand, la "Visitation" est alors au service des pestiférés et de l'éducation des enfants pauvres. Fondée par une fille gantoise: Isabelle Stoop, suivant l'esprit de saint François de Sales, elle verra, en 1836 sa règle" empruntée" à celle des religieuses de Savoie. En cette même année, la Visitation de Gand donnera elle-même naissance à la "Visitation Sainte-Marie" de Celles. Ce ne sera pas une filiale de Gand mais une nouvelle" Visitation" qui reçut la propre règle de saint François de Sales.

L'évêque de Tournai s'opposa à la clôture stricte et à l'indépendance des maisons secondaires trouvant ces dispositions nuisibles au but apostolique de la nouvelle Congrégation: l'éducation. Parallèlement, la fondation de 1697 avait pour but d'instruire les jeunes filles pauvres des campagnes. Elle connut prospérité et tempêtes avant de recevoir ses statuts, en 1821, sous la dénomination de: "Congrégation des Sœurs de saint François de Sales de Leuze". Enfin, le 3 janvier 1956, à la demande de l'évêque de Tournai, la Visitation Sainte-Marie de Celles et les Sœurs de Saint François de Sales de Leuze s'unirent pour ne plus former qu'un seul rameau: "La Congrégation Salésienne de la Visitation".

La Visitation: un don réciproque

Ainsi, il est frappant de constater qu'un peu plus de cinquante ans après son érection le 6 juin 1610, l'arbre salésien produisait en terre belge un, puis plusieurs surgeons nourris de la sève salésienne. Celle que François avait lui-même puisée dans le cœur Marie en sa Visitation.

Jeune femme, éblouie par le don gratuit de Dieu, Bouleversée, dépassée, Marie enceinte de Dieu "voulut aller voir Elisabeth comme étant sa parente et à dessein de la servir et soulager; car, la charité n'est point oisive: elle bouillonne dans les cœurs où elle habite et la Très Sainte Vierge en était toute remplie d'autant qu'elle avait l'amour même en ses entrailles / (IX-15)

Et que se passa-t-il au cours de cette première Visitation?

"Lorsque Marie eut salué Elisabeth l'enfant qu'elle portait bondit d'allégresse en son ventre elle fut remplie du Saint Esprit et s'écria: Bénie es-tu, toi, parmi les femmes / Béni aussi le fruit de tes entrailles, parce que tu as cru en la parole du Seigneur !

Marie à son tour, chanta: "Magnifique est le Seigneur, mon Sauveur Il a fait pour moi de grandes choses en souvenir de sa miséricorde et selon sa promesse /" (Luc 1, 39 à 56)

Il se passe pour nous ce qui se passa pour Elisabeth et Marie: l'Esprit-Saint s'engouffre dans nos moindres paroles, dans nos gestes les plus ordinaires et leur donne, dans la mesure de notre foi, d'éveiller la vie, de la faire chanter en l'autre, en nous-même, et cela bien au-delà de ce que nous pouvons en percevoir!

"Les pauvres gens que nous servions, dit sainte Chantal, se fondaient d'amour et de reconnaissance et certes ils nous donnaient de grandes leçons / Nous étions toutes ravies des vertus qu'ils pratiquaient dans leurs misères. Leur exemple nous profita grandement et nous animait plus qu'il ne se peut dire à l'amour de notre Bon Dieu;" (Fond 1, 28).

Aujourd'hui comme hier, notre vie de religieuse apostolique salésienne est toute orientée vers la "Visitation" des personnes, où, dans l'accueil mutuel, chacun révèle à l'autre dans la joie le don de Dieu qu'elle porte en elle. (Actes chapitre 1977)

"...au cours de mes visites, il m'est donné de rencontrer Monique, paralysée des deux jambes. Elle a accueilli chez elle Joseph, handicapé moteur lui aussi et elle ouvre sa porte et son cœur à tous ceux qui sont dans le besoin et se trouvent rejetés pour une raison ou pour une autre. Dans le petit café du coin qu'elle tient avec son mari et ses filles, nous lisons régulièrement l'Evangile ou plutôt nous l'écoutons: car Joseph ne sait pas lire.

Jésus dit: "Si vous ne voyez de signes et des prodiges, vous ne croirez donc pas /" (Jn 4,48). Alors Monique, Joseph et sa maman réagissent: "C'est vrai, il en est qui se moquent de nous: vous croyez en Dieu, arrangés comme vous êtes !

Alors, nous leur rétorquons: bien sûr, nous croyons! Si nous pouvions guérir, ce serait bien, mais notre foi n'est pas liée à cela!"

A ce moment se réalise la Visitation: Jésus en ces personnes fait bondir d'allégresse Jésus en moi et je m'écrie en un nouveau Magnificat: "Je te bénis, Père, d'avoir caché ces choses aux sages et aux savants et de les avoir révélées aux tout-petits !"

Quand toute la vie devient prière

Tout ceci postule que, pour nous, comme pour Jeanne de Chantal et ses Filles, le service et la contemplation tendent à se vivre comme deux moments d'une unique prière qui unifie toute la vie: "Toutes les actions de ceux qui vivent en attitude d'amour filial vis-à-vis de Dieu sont de continuelles prières et cela se nomme oraison vitale; (IX-61)

A partir des personnes, à partir des interpellations concrètes et nouvelles, au cours de chacune des époques successives, l'Esprit Saint nous a donné d'inventer de nouvelle formes de présence et de communion. D'autres pourront être créée dans l'avenir: réponse courageuse à des appels de services nouveaux pour la construction d'un monde, plus juste et plus humain.

Actuellement, nous sommes invitées à vivre la Visitation à travers une pluralité d'engagements apostoliques:

. Notre mission est-elle l'éducation, par l'enseignement, la catéchèse?

C'est pour permettre à Jésus-Christ de faire entendre la Bonne nouvelle et d'ouvrir les intelligences et les cœurs au sens de la dignité de la personne, de la justice, de l'amitié. de l'échange. du partage.
. Si le souci d'évangélisation nous porte au-delà des mers, c'est pour permettre à Jésus-Christ de se révéler à tous les peuples.
. Si l'amour de Jésus nous invite à partager concrètement la condition des travailleurs, c'est pour être parmi eux le témoin de la sollicitude et de la recherche amoureuse du Bon Pasteur.
. Sommes-nous au service des personnes âgées, des familles en difficulté. des sans-logis, des enfants privés de famille, des malades, c'est pour permettre à Jésus-Christ, agissant pour nous, d'actualiser son amour et de manifester sa tendresse pour les souffrants, les petits, les délaissés.
. Sommes-nous trouvées à la maison préposées aux multiples services d'entretien et d'accueil? C'est pour permettre à Jésus-Christ de revivre en nous sa vie cachée et sa sollicitude pour tous les besoins de ses frères.
. Et lorsque la maladie et le grand âge viennent réduire nos activités, c'est pour permettre à Jésus-Christ d'être Lui-même notre force dans le prolongement de sa mission rédemptrice.

(Orientations de vie 76-79)

Aussi nous est-il donné d'être, aujourd'hui, d'autres Marie de la Visitation en amitié active avec les "humbles "les affamés", "les pauvres", "les artisans de paix", pour qu'unis dans le consentement à une même miséricorde, nous mettions au monde: l'Amour! (Actes, chap. 33).

Car il s'agit de laisser Jésus naître ( nous dans la pauvreté de notre étable. Pauvreté de nos limites. de nos fragilités, qui nous font mesquines, distraites et souvent même en désunion plutôt qu'en communion avec Dieu ou avec le prochain, ce qui est tout un (Mt. 12, 37-40). Pauvreté de notre chasteté consacrée, stérile aux yeux du monde. Mais voici que de cette pauvreté elle-même peut jaillir le Magnificat: proclamant que toutes les grandes choses sont l'œuvre de l'amour gratuit de Dieu, que toutes les forces de la terre ne sont précieuses, puissantes et fécondes, que par la grâce de Dieu et que cette grâce vient d'en Haut dans les cœurs humbles, doux et aimants.

(Orientations de vie 92)

Sœur Monique Michel - Congrégation Salésienne de la Visitation Leuze (Belgique)