COOPBELSUD : pour vous abonner à nos mots du jour, cliquez ICI






PRENDERSI CURA ......



    C'est le miracle de celui
    qui prend au sérieux cette phrase : "Je te les confie pour que tu en prennes soin".

    Beaucoup de richesses chez les jeunes sont latentes, à nous de les réveiller !

    L'éducateur est
    un éveilleur,
    un messager, un guide,
    un compagnon discret
    et aimant qui n'accepte aucun remerciement
    en retour.

    Il ne se prend pas pour le protagoniste de l'éducation, mais ne renonce pas
    non plus à son rôle
    de médiateur.

    Le "prendre soin"
    est une prophétie qui résonne dans un monde distrait et tremblant,
    c'est un appel à la vie,
    une semence pour le futur.

    De Mornèse comme du Valdocco, sortirent vraiment des personnes libres et responsables, capables d'assumer avec créativité
    et fidélité, leur place dans
    la société et dans l'Eglise.








    « Alors que le temps s'écoule et que le travail s'amoncèle,
    dis-nous, Maïn,
    quelle heure est-il
    dans nos vies ?

    Conduis-nous, Maïn,
    sur cette terre de Mornèse
    qui a nourri ton corps,
    qui a façonné
    ton âme…

    Montre-nous le chemin
    qui conduit à Lui.
    Aide-nous à prendre
    dans nos vies,
    le temps de Dieu.
    »
    « La joie est signe d'un coeur qui aime beaucoup le Seigneur »   lettre 60, 5

L'ART DE "PRENDRE SOIN" DE L'AUTRE,
AVEC SAGESSE
ET AMOUR

... LE STYLE EDUCATIF DE MARIE-DOMINIQUE
ET DE LA PREMIERE COMMUNAUTE:
UN DON POUR L'EGLISE.






Le don de soi dans l'amour...



La charité est sans doute l'élément qui caractérise le plus la manière d'être et d'éduquer de Marie-Dominique. Seulement, partant de la charité, on peut cueillir le secret de sa mission: se dédier au salut des jeunes sur des chemins toujours nouveaux du don de soi. avec la finalité de conduire les jeunes à se donner elles-mêmes aux autres, dans leur famille, à l'école, dans le travail et à la paroisse.

L'éducation est par définition "UNE VOIE PRIVILEGIEE D'AMOUR"

L'amour des jeunes la guide à aimer ce qu'elles aiment et donc à toujours inventer pour elles de nouvelles possibilités de s'amuser, d'être ensemble, mais qui pointent toujours en direction des valeurs: certaines veulent apprendre un métier... alors aidons-les, au risque d'être critiquées.
         - certaines n'ont ni maison, ni famille… accueillons-les
         - certaines recherchent sérénité et confiance, ayons un visage de joie, de créativité.
         - certaines sont ignorantes, ayons une école où l'on peut préparer à la vie, et à un futur différent pour la femme.

Une missionnaire raconte:

        "Seulement celui qui en a fait l'expérience peut s' en faire une idée ! On aurait dit que j'étais la seule dans cette maison pour recevoir autant d'attention."

La communauté de Mornèse est un lieu où l'amour est "à la maison", "maison de l'amour de Dieu". Lieu d'accueil.

Don Bosco avait aussi perçu cette ambiance lors de son passage à Mornèse en juillet 1873. Ecrivant à Don Rua il dit:

        "Ici on jouit de beaucoup de fraîcheur bien qu'il ait beaucoup de feu d'amour de Dieu."

Dans cette maison, le temps se vit au rythme de l'amour: "Quelle heure est-il ?"... "L'heure d'aimer le Seigneur."

Marie-Dominique ouvre le coeur à l'accueil, non seulement des soeurs de Ste Anna, ou aux postulantes toujours plus nombreuses, mais à toutes les catégories de personnes et à qui que se soit. Des tas de petits gestes effectués parce que la charité précède tout. Petits gestes qui font qu'elle se sacrifie pour les autres.

L'expérience de la première F.M A au coeur "très sensible", ardent et fort, est le témoignage le plus tangible de la manière dont s'exprime au féminin l'amorevolezza salésienne, qui est impossible à vivre si, il n'y a pas de maturité affective, d'unité de l'être de celui qui se donne totalement au Christ.

Mais l'amour vrai et typique de Marie-Dominique se manifeste aussi dans la décision ferme de la CORRECTION FRATERNELLE. "Prendre soin" de l'autre, c'est aussi illuminer et corriger en exigeant de chaque personne, tout ce qu'elle peut donner de meilleur.

Son amour sait attendre, patienter, mais sans "laisser aller". L'amour quand il est vrai, transforme parce qu'il aide la personne à se réaliser elle-même; il transmet enthousiasme, sécurité, des motivations fortes jusqu'à conduire l'autre à partager le même idéal.

L'affluence de vocation à Mornèse est la preuve la plus convaincante de la fécondité et de l'efficacité de l'amour pédagogique de Marie-Dominique.





La pédagogie de la joie...


Soeur Marie-Dominique est une personne sereine, joyeuse et expansive. Elle donne au vivre ensemble, ce cachet de joie communicative. A cela s'ajoute la joie qui découle de la certitude de la présence de Dieu.

La joie sereine et contagieuse est une des caractéristiques fondamentales du style salésien: pour être éducateur, la personne doit être un "idéal de vie" pleinement réalisé, un modèle crédible. accessible, attirant pour les jeunes.

La joie n'est pas seulement caractérisée par l'exubérance du tempérament, ni seulement déterminée, spontanée au contact des jeunes, mais elle est le fruit d'un travail patient de l'unité intérieure et de la rencontre avec le Seigneur de la joie.

Pour Marie-Dominique, la joie est la preuve d'une sainteté authentique et de l'esprit salésien vécu en vérité

         "La joie est signe d'un coeur qui aime beaucoup le Seigneur."                  lettre 60, 5

         "Elle est fruit de la rectitude dans les pensées et les œuvres."                  lettre 19, 8

         "Elle est expression de l'amour, de l'humilité, de l'ouverture."                  lettre 47, 12

         "...signe d'un engagement dans le cheminement spirituel."                  lettre 19, 8

La joie a des rapports avec toutes les dimensions de la personne.

         "Si tu es joyeuse, tu guériras encore plus vite. Courage donc."                  lettre 11, 4

Sûrement que pour nous aussi, éduquer à la joie, devient un défi qui va à l'encontre de la critique tellement en vogue dans la société d'aujourd'hui.

Le témoignage de Marie-Dominique, nous enseigne qu'éduquer à la joie demande du courage, le courage d'une attitude de confiance et d'espérance, continuant de rêver à un monde meilleur.