COOPBELSUD : pour vous abonner à nos mots du jour, cliquez ICI






PRENDERSI CURA ......



    C'est le miracle de celui
    qui prend au sérieux cette phrase : "Je te les confie pour que tu en prennes soin".

    Beaucoup de richesses chez les jeunes sont latentes, à nous de les réveiller !

    L'éducateur est
    un éveilleur,
    un messager, un guide,
    un compagnon discret
    et aimant qui n'accepte aucun remerciement
    en retour.

    Il ne se prend pas pour le protagoniste de l'éducation, mais ne renonce pas
    non plus à son rôle
    de médiateur.

    Le "prendre soin"
    est une prophétie qui résonne dans un monde distrait et tremblant,
    c'est un appel à la vie,
    une semence pour le futur.

    De Mornèse comme du Valdocco, sortirent vraiment des personnes libres et responsables, capables d'assumer avec créativité
    et fidélité, leur place dans
    la société et dans l'Eglise.








    « Alors que le temps s'écoule et que le travail s'amoncèle,
    dis-nous, Maïn,
    quelle heure est-il
    dans nos vies ?

    Conduis-nous, Maïn,
    sur cette terre de Mornèse
    qui a nourri ton corps,
    qui a façonné
    ton âme…

    Montre-nous le chemin
    qui conduit à Lui.
    Aide-nous à prendre
    dans nos vies,
    le temps de Dieu.
    »
    « conduire beaucoup d'âmes au Christ. »   lettre 4, 12

L'ART DE "PRENDRE SOIN" DE L'AUTRE,
AVEC SAGESSE
ET AMOUR

... LE STYLE EDUCATIF DE MARIE-DOMINIQUE
ET DE LA PREMIERE COMMUNAUTE:
UN DON POUR L'EGLISE.


Une pastorale vocationnelle...

Dans le projet éducatif de Marie-Dominique, il y a UNITE. Son secret n'est pas celui de fixer seulement des principes théoriques, des directives ascétiques, mais de faire rencontrer une personne vivante: JESUS-CHRIST.

Durant sa jeunesse, Marie-Dominique a reçu un clin d'oeil de confiance de la part de Dieu, qui à travers une voix mystérieuse la rejoint et lui dit:

         "Je te les confie."'                   Annales I, 96

Dans sa vie, cet appel résonne en elle et modèle sa façon et son style d'approche auprès des jeunes.

Pour Marie-Dominique, l'éducation est un travail de collaboration avec Dieu en Christ qui sauve l'homme, et qui veut prendre soin de nous à travers des médiations humaines.

La réponse que Marie-Dominique donne à l'appel de Dieu, nous dit son attitude de docilité à Celui qui veille avec la tendresse d'un père sur ses enfants.

Sa réponse donnée, Marie-Dominique cherche le mode le plus approprié pour aller vers les jeunes. Elle entreprend, avec son amie Pétronille, d'apprendre à coudre.

Dés que nous serons un peu dégrossies, et que nous pourrons nous débrouiller toutes seules, nous quitterons le tailleur, nous louerons une chambre à notre compte, nous accepterons quelques filles qui voudront apprendre à coudre et nous le leur enseignerons, mais le but principal, souvenons-nous en bien, sera de les éloigner des dangers, de les rendre bonnes et surtout de leur apprendre à connaître et aimer le Seigneur."

Pour Marie-Dominique, il s'agit dès lors, d'une éducation qui prend en compte toutes les dimensions de la personne de la jeune.

La finalité de l'éducation est d'AIDER LES JEUNES OU LES SOEURS A REPONDRE A LEUR VOCATION PROPRE ET AU PROJET DE DIEU POUR ELLES.

Cette finalité est vraiment ce qui sous-tend l'action éducative de Marie-Dominique, le "prendersi cura" des jeunes.

Le but est d'attirer à Dieu, parce que seulement en Lui se trouvent la signification et la plénitude de l'existence.

Pour Marie-Dominique, vivre c'est faire du bien, le bien maximum, c'est-à-dire former des femmes chrétiennes.

         "conduire beaucoup d'âmes au Christ."                   lettre 4, 12

Pour elle une chose est importante, le catéchisme. Elle a l'art de faire entrer dans le discours "DE" Dieu ou "SUR" Dieu, dans le quotidien, insinuant qu'il suffit de peu pour être heureux et saint. Dieu est le Seigneur, le Patron de la maison. L'homme est crée pour le connaître et l'aimer, sur la terre et dans l'éternité. La vie, est le passage vers la patrie céleste. Pour qui marche sur la route juste et vit dans la charité, c'est déjà une anticipation du paradis.

Cette recherche de l'essentiel lui donne la possibilité de dépasser la banalité, les contraintes et les mesquineries rencontrées dans la vie. Elle l'aide à dépasser l'imagination qui déforme la réalité, et à vivre dans la vérité avec simplicité et naturel. (Ex : lettre 49, aux sœurs de St Cyr)

Cette voie éducative, est particulièrement urgente pour notre temps: dans nos cultures, les propositions culturelles très différentes, et parfois même contradictoires, portent en elles le risque du relativisme, de la fragmentation.

         "Certaines fois, parce qu'on accorde de l'importance à des petites choses, on en laisse passer de grandes."                   lettre 22, 2

La soif de connaître Dieu et le faire connaître accompagne la vie de Marie-Dominique et imprègne toute sa proposition éducative. Elle, la première, fait cette expérience, en profondeur, d'un Dieu passionné de l'homme et de son bonheur.

         "(...) quand Dieu est avec nous, tout va bien..."                 lettre 42,3

         "Abandonnez-vous entièrement à lui et soyez certaines qu'il fera ce qui est le mieux pour votre âme."                  lettre 54, 3

Dans cette recherche continuelle et joyeuse de Dieu, Marie-Dominique ne tombe pas dans le "surnaturel" mais éduque au concret de l'engagement, à la volonté vraie et cohérente. Il est dit dans la bible: "Mais si vous ne tenez à moi, vous ne tiendrez pas." (Isaïe 7, 9) L'attitude de sérénité profonde de Marie-Dominique, est directement liée à son attitude de confiance fondée sur le Roc de sa vie et de son amour. C'est ainsi que confiante, elle n'a pas peur de son avenir.

         "Jésus doit être toute notre force."                   lettre 37, 12

Parce qu'elle, la première, possède toute cette stabilité intérieure, elle peut rassurer les autres et transmettre confiance - espérance - joie communicative.

La présence de Dieu n'absorbe pas son amour en mode intimiste, mais devient tremplin de relation vers les autres et vers des horizons toujours plus vastes.

Ne serait-ce pas un défi pour aujourd'hui ? Éduquer ou rééduquer à la recherche de Dieu ? L'homme d'aujourd'hui comme d'hier, a soif de valeurs et faim du sens de sa vie. Notre mission est grande et Dieu envoie ses ouvriers à la moisson…