COOPBELSUD : pour vous abonner à nos mots du jour, cliquez ICI






PRENDERSI CURA ......



    C'est le miracle de celui
    qui prend au sérieux cette phrase : "Je te les confie pour que tu en prennes soin".

    Beaucoup de richesses chez les jeunes sont latentes, à nous de les réveiller !

    L'éducateur est
    un éveilleur,
    un messager, un guide,
    un compagnon discret
    et aimant qui n'accepte aucun remerciement
    en retour.

    Il ne se prend pas pour le protagoniste de l'éducation, mais ne renonce pas
    non plus à son rôle
    de médiateur.

    Le "prendre soin"
    est une prophétie qui résonne dans un monde distrait et tremblant,
    c'est un appel à la vie,
    une semence pour le futur.

    De Mornèse comme du Valdocco, sortirent vraiment des personnes libres et responsables, capables d'assumer avec créativité
    et fidélité, leur place dans
    la société et dans l'Eglise.








    « Alors que le temps s'écoule et que le travail s'amoncèle,
    dis-nous, Maïn,
    quelle heure est-il
    dans nos vies ?

    Conduis-nous, Maïn,
    sur cette terre de Mornèse
    qui a nourri ton corps,
    qui a façonné
    ton âme…

    Montre-nous le chemin
    qui conduit à Lui.
    Aide-nous à prendre
    dans nos vies,
    le temps de Dieu.
    »
    « sereine, calme, comme quelqu'un qui obéit à une voix intérieure. »   Annales II, 331

L'ART DE "PRENDRE SOIN" DE L'AUTRE,
AVEC SAGESSE
ET AMOUR

... LE STYLE EDUCATIF DE MARIE-DOMINIQUE
ET DE LA PREMIERE COMMUNAUTE:
UN DON POUR L'EGLISE.


La priorité de la personne...

Ceci est un critère de première importance dans l'œuvre éducative de Marie-Dominique.

         "Sois tranquille que j'en ai tout le soin..."
         "Aussi bien dans la nourriture que dans le soin de leur personne."                    lettre à F. Bosco

Ces expressions évoquent des attitudes de délicatesse, de respect, de progression, de vigilance infatigable; éléments indispensables pour une action personnalisée qui est l'œuvre éducative.

L'éducation exige des interventions individualisées,c'est aider l'autre à :

        - une adhésion intérieure et libre aux valeurs
        - croître en humanité
        - devenir toujours plus soi-même

Sur telle réalité, se greffe le "soin" et le "guide", la proposition, de l'éducateur qui se réalise sans arrêter ou amoindrir les potentialités de croissance et de développement présent en chaque personne.

En lisant les annales de l'Institut, nous pouvons nous apercevoir que Marie-Dominique vit un rapport éducatif avec des filles venant de milieux et intérêts différents: jeunes filles de la campagne, exubérantes, engagées, désireuses d'accéder à la culture et à la maturité chrétienne, aimant s'amuser et danser... D'autres jeunes filles venant de la ville ou de situations familiales désavantagées, difficiles, se laissant prendre facilement par la vanité, l'orgueil, et de tentation moralement dangereuse.

Nous connaissons tous l'histoire d'Emma Ferrero arrivée à Mornèse le 8 décembre 1877 avec sa sœur Cliva. Âgée de 18 ans, elle a déjà connu une vie libre: théâtre, bals, compagnies... Jusqu'au jour où le père faisant faillite recourt à Don.Bosco pour être aidé. C'est ainsi qu'Emma pour s'épargner la honte et pouvoir étudier, accepte de venir à Mornèse. Cependant une révolte intérieure gronde chez Emma, sourire en coin, ironie, impertinence sont ses réponses à toute personne voulant s'approcher d'elle. Marie-Dominique, avec une infinie patience attend qu'Emma s'habitue à son nouveau milieu de vie et y trouve finalement sa place. Au début, elle ne lui dit rien, ne la réprimande pas, ne la condamne pas, ne lui impose rien et ne se décourage pas devant ses réactions impulsives et provocatrices. Au contraire, elle l'entoure de respect, conciliant en elle, l'accueil maternel et la fermeté éducative. Après 7 mois, Emma décide de changer de vie et en présence de toutes, brûle tous ce qu'elle possède.

         "sereine, calme, comme quelqu'un qui obéit à une voix intérieure."                  Annales II, 331

Emma se sent accueillie et aimée pour ce qu'elle est réellement. Aimée, elle comprend aussi qu'en elle il y a la possibilité de changer de vie. La personne pour Marie-Dominique n'est pas mauvaise par nature, mais elle est réceptive, sensible, capable d'enthousiasme pour le bien. C'est donc la personne qui est acteur de sa croissance avec la guidance discrète de l'éducateur.

Marie-Dominique voit dans la femme, les ressources positives qu'elle porte et ne désespère jamais de ses possibilités d'amélioration. En "prenant soin" de l'autre, Marie-Dominique veille à toutes les dimensions de la personne: nous la trouvons délicate dans le "prendre soin" d'une enfant aux mains gonflées par les engelures, attentive envers une jeune sœur qui, au cours de la nuit, a besoin d'une tasse de lait, ou envers une jeune fille qui a droit à un prix parce qu'elle a bien chanté. Marie-Dominique reste aussi attentive à donner aux jeunes filles une formation catéchétique et culturelle. Elle reste ferme dans la correction des impulsions, de la vanité ou de l'orgueil. Elle sait exiger un engagement et une vigilance pour ne pas céder à la médiocrité, à la mollesse...

Marie-Dominique possède cette grande capacité de discernement "intelligent" et "surnaturel" des situations et surtout "du cœur des jeunes", condition indispensable pour un rapport éducatif correct. Par une profonde intuition, elle est portée à connaître - accueillir avec sympathie, à se laisser prendre par les problèmes pénétrant le monde intérieur de chaque personne, pour la guider, l'encourager, la stimuler. Pour l'orienter jusqu'à ce qu elle atteigne sa pleine maturité.

Son style éducatif = croire en l'autre, acquiert, dans ce sens, le visage concret et vivant des jeunes pour lesquelles elle a le plus d'attention possible, et coïncide avec l'itinéraire de maturation duquel chacun est protagoniste.

Nous pouvons lire dans les annales les différents exemples de "transfigurations" (transformation intérieure et de vraie liberté) d'Emilia Mosca ..., dues à la vigilance de Marie-Dominique. Nous pouvons constater les lignes d'un art éducatif mis TOTALEMENT au service de la promotion et de la croissance intérieure, concrétisée en interventions, opportunes, graduelles, pédagogiques et efficaces:

        - elle les considère une à une, tenant compte du contexte familial, de l'âge, de leur capacité, de leur rythme de croissance.
        - elle cherche à les connaître dans leur problème et aspiration suscitant le DIALOGUE et L'OUVERTURE.
        - elle les contente dans tout ce qui n'est pas mal ou péché
        - elle pose savamment différents actes pour gagner leur confiance, manifestant confiance et estime.
        - elle les aide à reconnaître ce qu'il faut améliorer ou développer.
        - elle leur fait des propositions positives des valeurs auxquelles leur vie peut s'ouvrir leur apportant PAIX - JOIE - LIBERTE.

Marie-Dominique est une éducatrice qui n'adopte pas le mode REPRESSIF, mais est toute disposée à découvrir le bien, à le libérer, à construire, à servir.

EDUQUER = construire et potentialiser le bien présent en chaque personne.
Pour cela, pas besoin d'instruire ni de conditionner de l'extérieur avec des interventions et des dispositions disciplinaires. Ni insérer la personne dans un lieu où elle est protégée du mal et des occasions négatives.
EDUQUER = c'est aussi oeuvre de lieu et de médiation de personnes. Croissance intérieure, développement graduel souvent fatigant.
C'est SE VAINCRE SOI-MEME et "éviter" les tendances négatives pour être vraiment LIBRE D'AIMER ET DE SERVIR.

A Mornèse, chaque personne se sent INDIVIDUELLEMENT rejointe - accueillie - estimée "PRIVILEGIEE" une mère, vivre, c'est aider à vivre, c-à-d promouvoir la personne dans toutes ses dimensions. Cela demande cette prise de conscience de la valeur de la personne et vouloir qu'elle tire le meilleur d'elle-même. Cela demande un regard valorisant prêt à accueillir les richesses et les limites de la personne. C'est avoir cette capacité d'accueillir l'autre pour ce qu'il est vraiment.

Cette manière de "prendre soin" de l'autre requiert une demeure vierge dans le sens où l'authentique "prendre soin" conduit à éviter toute sorte d'instrumentalisation de la personne, mais ouvre à la gratuité, au don de soi inconditionnel, à la joie... C'est aimer sans posséder, c'est servir sans dominer. C'est une attitude propre de l'adulte qui engendre la vie. L'adulte non seulement participe à la naissance de l'être humain, mais surtout promeut sa propre croissance et l'affirmation de sa personne.

        "A l'adolescence nous découvrons les choses que nous voulons faire et qui nous voulons être (...) Quand nous sommes jeunes,

         "Seulement celui qui l'a vécu peut s'en faire une idée, il me semblait être seule dans cette maison."