COOPBELSUD : pour vous abonner à nos mots du jour, cliquez ICI






PRENDERSI CURA ......



    C'est le miracle de celui
    qui prend au sérieux cette phrase : "Je te les confie pour que tu en prennes soin".

    Beaucoup de richesses chez les jeunes sont latentes, à nous de les réveiller !

    L'éducateur est
    un éveilleur,
    un messager, un guide,
    un compagnon discret
    et aimant qui n'accepte aucun remerciement
    en retour.

    Il ne se prend pas pour le protagoniste de l'éducation, mais ne renonce pas
    non plus à son rôle
    de médiateur.

    Le "prendre soin"
    est une prophétie qui résonne dans un monde distrait et tremblant,
    c'est un appel à la vie,
    une semence pour le futur.

    De Mornèse comme du Valdocco, sortirent vraiment des personnes libres et responsables, capables d'assumer avec créativité
    et fidélité, leur place dans
    la société et dans l'Eglise.








    « Alors que le temps s'écoule et que le travail s'amoncèle,
    dis-nous, Maïn,
    quelle heure est-il
    dans nos vies ?

    Conduis-nous, Maïn,
    sur cette terre de Mornèse
    qui a nourri ton corps,
    qui a façonné
    ton âme…

    Montre-nous le chemin
    qui conduit à Lui.
    Aide-nous à prendre
    dans nos vies,
    le temps de Dieu.
    »
    « Sois tranquille, que j'en ai grand soin »   lettre 25, 8

L'ART DE "PRENDRE SOIN" DE L'AUTRE,
AVEC SAGESSE
ET AMOUR


... LE STYLE EDUCATIF DE MARIE-DOMINIQUE
ET DE LA PREMIERE COMMUNAUTE:
UN DON POUR L'EGLISE.







"Prendersi cura", l'art de prendre soin de l'autre, voilà sans doute ce qui définit le mieux la première "Fille de Marie-Auxiliatrice" (F.M.A) en tant qu'éducatrice et mère.

A une jeune sœur qui part pour l'Amérique, laissant sa petite sœur à Mornèse, Marie-Dominique écrit:

         "Sois tranquille, que j'en ai grand soin"
                 (lettre 25, 8)

Ou bien encore à Francesco Bosco qui a ses trois filles étudiant à Mornèse:

         "Soyez tranquille, nous en prenons tout le soin possible,
        soit pour la nourriture, soit pour la santé."
                 (lettre 10, 3)

De Clémentine, la dernière arrivée, elle écrit:

         "Dites à sa maman qu'elle soit sans inquiétude,
         que nous prenons soin de la faire grandir saine et sainte.
                 (lettre 8.2)

"Prendre soin" de l'autre , c'est bien plus que seulement soigner. C'est une manière D'ETRE, une attitude globale qui englobe l'éducation de toute la personne.

Cela inclut la dimension affective - intellectuelle - spirituelle - relationnelle - éthique.

"Prendre soin" de l'autre, c'est accueillir la vie et se mettre à son service inconditionnellement.

Cela requiert plus que purement le professionnalisme, mais une disposition intérieure à mettre son propre bonheur dans celui des autres.

Marie-Dominique se définit comme: "la mère qui vous aime tant" (lettre 63, 5) ou encore: "je suis prête à tout faire pour votre bien" (lettre 52, 4)

Le rythme de la vie de Marie-Dominique se modèle sur "l'être en relation".

En elle, se sont réduits au minimum les espaces de sa vie privée. Sa vie est toute donnée à l'autre.