Envole-moi


de Marie-Claude Pellerin


Il enviait, chagrin, l'essor de l'hirondelle
Qui, se laissant porter par l'épaule du vent,
S'évadait outre-mer sous les Cieux de l'Avent.
Il implorait : « Mon Dieu ! Si je pouvais, comme elle,

De nuage en lumière aller, sans passerelle,
Avec au fond des yeux l'allégresse d'un chant,
Sûr que je rejoindrais dans le soir finissant,
L'Étoile des bergers que je trouve si belle.

Il faudrait que soufflés par ma plume de bois
S'envolent tous les mots que je prie à la fois
Et que léger, mon coeur, s'attache à leurs jambages.

Alors petit poète entre rimes et Ciel
Enfin je croiserais l'Étoile au gré des pages
Lorsqu'elle effleurera l'Enfant, l'Emmanuel. »